Les tableaux

à

LES GRANDS MAITRES DE LA RENAISSANCE

Le mouvement culturel et artistique de la Renaissance s’étend environ du XIVe siècle au début du XVIIe siècle, avec pour origine l’Italie centrale avant de s’étendre à travers toute l’Europe. D’abord italienne, la Renaissance devient rapidement française puis européenne. Entre le Moyen Age et l’époque classique, la Renaissance se démarque par une profonde remise en question de l’héritage intellectuel, culturel et artistique des siècles précédents. On distingue différentes périodes successives de la Renaissance, à savoir le Trecento (primitifs italiens au XIVe siècle parmi lesquels figure Botticelli), le Quattrocento (XVe siècle) et le Cinquecento (XVIe siècle). Les grandes avancées de cette école sont avant tout à chercher dans les domaines de la perspective et des proportions, la conception nouvelle du portrait comme représentation de l’individu et les débuts du paysage. Au niveau artistique, la voie privilégiée est celle du “naturel”, d’une représentation destinée à la profonde “compréhension de la nature”. Les artistes liés au style de la renaissance sont fort nombreux, à commencer par les italiens tels Leonard de Vinci, Michaelangelo, Raphael, Fra Angelico et tant d’autres qui ont fleuri l’ensemble du XVIè siècle.

LES GRANDS MAITRES DU BAROQUE

barrocco, qui signifie « perle de forme irrégulière ». Dès la fin du XVIIIe siècle, le terme « baroque » entre dans la terminologie des critiques d’art pour désigner des formes brisées s’opposant à la proportionnalité renaissante (voir Renaissance), comme aux normes antiques reprises par la tendance dite « classique » de la fin du XVIIe siècle, à savoir proportion, harmonie, équilibre et symétrie. Certains historiens d’art, comme Jakob Burckahrdt, ont considéré le baroque comme l’expression décadente de l’art renaissant, jusqu’à Heinrich Wölfflin, son disciple, qui a constaté le premier, dans ses Principes fondamentaux de l’histoire de l’art (1915), les différences entre l’art du XVIe siècle et celui du XVIIe siècle, sans toutefois pouvoir catégoriser ces changements. L’art baroque comprend de nombreuses distinctions régionales et recouvre des réalités sociales diverses. L’historiographie récente le reconsidère en l’abordant comme un outil d’expression formel. Elle associe l’art baroque et l’art classique en faisant de la première forme expressive le refoulé de la seconde, et catégorise le tout par le terme de « baroque ». Ainsi, le baroque apparaît comme une relation complexe d’association / répulsion de deux contraires, relation qui se fonde sur un principe dit d’ordre convergent. On opérera un sous-classement ; ainsi, pour définir le baroque allant de 1590 à 1650, parlera-t-on de « plein-baroque » ou de « baroque primitif », et de « classicisme » pour désigner le baroque des années 1650-1750.

Les principaux chefs de file du mouvement baroque sont Rembrandt (Hollande), Rubens (Flandres) ou encore Andrea Pozzo (Italie) sans oublier Vermeer même si ce dernier est parfois classé dans les artistes « classiques » par la tradition .

LES IMPRESSIONNISTES

Le terme Impressionnisme a pour origine l’anecdote suivante : «Ils le prirent, [le nom d’Impressionnistes], pour relever une injure qui leur était adressée par leurs détracteurs et dont ils se firent leur titre de gloire, comme les révoltés des Pays-Bas s’en firent un de l’injure de «gueux.». Au-delà de cette explication, les peintres rattachés à l’impressionnisme avaient une manière particulière de percevoir la nature, non pas en essayant de rendre parfaitement ce qui est vu par l’œil tel un appareil photo, mais en mettant en exergue la surprise qu’elle suscite et son rayonnement. Les impressionnistes ne se préoccupaient ainsi point de nous donner les détails, préférant à ceux-ci l’impression elle-même. La part issue de la sensation de l’artiste est de ce fait prépondérante. Les repères traditionnels (ombres, contours précis, lignes arrêtées, etc.) disparaissent ainsi, ce qui eu pour conséquence de déconcerter passablement le public d’alors qui ne se priva point de dénigrer ces « impressionnistes ». La part des couleurs revêt quant à elle aussi une importance toute particulière, le peintre cherchant à les rendre aussi riches et vibrantes que possible en les appliquant par couches juxtaposées. Ils mirent ainsi de côté les ombres traditionnelles, se mettant tous à peindre à l’extérieur, face aux couleurs vives et chatoyantes des paysages qui s’offraient à leur vue. On assista ainsi à des colorations inconnues jusqu’alors dans la peinture, rendant la nature d’une manière que l’on était pas habitué à la percevoir, s’attachant à l’impression que produisaient les éléments, le vent, la lumière, le brouillard, la neige,…

Parmi les principaux artistes qui s’attachèrent à l’impressionnisme, l’on peut citer sans hésitation Monet, Manet, Renoir, Cézanne, Pissaro ou encore Sisley.

LES GRANDS MAITRES DE LA PERIODE MODERNE

Les premiers pas vers l'art moderne sont accomplis par les peintres impressionnistes, très influencés par Édouard Manet dans les années 1870. En plus de rejeter les normes dictées par l'Académie (ce qu'avaient déjà entreprit les peintres réalistes et paysagistes), ils commencent à peindre d'une manière véritablement nouvelle. L'utilisation de couleurs non-mélangées et la peinture par touches juxtaposées en sont des exemples. Ce rejet de la peinture classique ouvrira la voie à des peintres tels que CézanneGauguin et Van Gogh, puis au cubisme, mouvement qui canalisera tout l'art du XXe siècle. Notons également qu'en 1881, Octave MausEdmond Picard et Louis Eugène Robert fondent à Bruxelles la revue L’Art Moderne (1881-1914) dont la volonté est véritablement de valoriser un art dit « moderne ». L'art moderne se caractérise aussi par la naissance de la critique d'art. En effet, au même moment, l'art devient sujet d'écriture : la critique est souvent un discours engagé sur l'œuvre. Baudelaire et Zola, écrivent des critiques engagées en faveur des peintres modernes. Goethe et Matisse écrivent sur la couleur. De nombreux artistes publient des textes ou des manifestes (dadaïsmefuturismesurréalisme, etc). L'apparition de la photographie exerce une influence sur de nombreux artistes du xixe siècle, puis du xxe siècle, depuis Degas jusqu'à PicassoMatisseMiró, et bien d'autres qui deviendront les figures éminentes de l'art moderne. De ce fait, les artistes se réclamant de l'art moderne s'exprimeront à travers une multiplicité de médiums : dessin, peinture et sculpture, mais aussi photographie, cinéma, céramique, architecture, arts décoratifs ou arts de la scène. Ainsi, Picasso s'intéressait à tout ce qui relève des arts visuels ; Dalí fit du cinéma avec Luis Buñuel ; Le Corbusier était également peintre ; etc.